Repercussions sur la santé humaine

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, "trois millions de personnes meurent chaque année sous l'effet de la pollution atmosphérique, soit 5 % des 55 millions de décès annuels dans le monde. Vu la marge d'incertitude des estimations, le nombre réel des décès annuels pourrait se situer entre 1,4 et 6 millions".


C) Répercussions sur la santé humaine:


ALERGIES CHEZ L’ENFANT

En constante augmentation, les allergies de l’enfant touchent près d’un enfant sur trois dans le monde. Pour la première fois en France, la pollution est directement accusée de développer l’asthme et les allergies. Des effets constatés même en cas de légers dépassements des seuils autorisés. L’enquête montre un lien entre la pollution automobile et l’apparition d’asthme et d’allergies. Plus précisément, un dépassement même modeste des seuils de pollution recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (40 g/m3 pour le NO2 et 10µg/m3 pour les particules) pendant au moins huit ans conduit à une augmentation significative de l’asthme allergique (presque 2 fois plus), d’asthme à l’effort (1,5 fois) et d’eczéma (3 fois) par rapport aux enfants qui vivent dans des zones où les concentrations sont inférieures. Une tendance identique est également observée pour le rhume des foins.

CANCER

Les liens entre pollution et cancer sont difficiles à mettre en évidence (Moteurs diesel, champs électromagnétiques, métaux lourds). Différentes études ont pu faire le point sur plusieurs de ces liaisons jugées dangereuses. Le diesel  serait responsable de cancers du poumon .Le cadmium augmenterait le risque de cancer du sein. 


 ASTHMES ET INFARCTUS

Menée en Corée auprès de 8 000 enfants, une étude récente suggère que la pollution n’augmenterait pas seulement le risque de crises chez les patients asthmatiques, mais qu’elle pourrait également jouer un rôle dans le développement de l’asthme et d’autres manifestations allergiques. Par rapport aux enfants vivant dans les zones les moins polluées, les jeunes habitants des quartiers les plus pollués étaient deux fois plus nombreux à souffrir d’un asthme, de conjonctivites ou d’eczéma et soumis à un risque de rhinite supérieur de plus de 50 %. La pollution n’augmenterait pas le risque d’allergie, mais stimulerait, peut-être par un effet irritant, la réponse des bronches et des autres muqueuses aux allergènes. Il reste difficile de déterminer la substance responsable de ces effets, car les pollutions sont souvent concomitantes et les divers polluants peuvent associer leurs actions lorsqu’ils sont inhalés de manière simultanée. Ainsi, la présence de dioxyde d’azote accroît la baisse de la capacité respiratoire due à l'ozone et le dioxyde de soufre est d’autant plus irritant qu’il est inhalé avec des poussières ou des microparticules. Outre leurs effets sur la respiration, dioxyde de soufre et microparticules pourraient augmenter le risque d’infarctus en favorisant la formation de caillots. 
 La pollution est donc la cause de nombreux maux que les hommes s’infligent à eux-mêmes et qu’ils continueront à s’infliger tant qu’ils n’auront pas résolu ce problème qui concerne toute l’humanité.

50 votes. Moyenne 3.38 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site